Un Forum RPG pour Neko... Un monde ou les nekos sont docil ou rebelle, où les maîtres son méchant ou gentil... Qu`est-ce que vous choisirez?
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sortez-moi de la. pitié... éè [Kei]

Aller en bas 
AuteurMessage
Miha
~~¤ Modérateur à l'essaie ¤~~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 33
Age : 28
Date d'inscription : 23/01/2009

feuille de personnage
Nom/ prènom: : Miharu Ayuuri Sanaada (Miha) Ayayuri
Maître/neko de: : Personne :(
Orientation sexuelle: Hétérosexuelle

MessageSujet: Sortez-moi de la. pitié... éè [Kei]   Dim 1 Mar - 17:43

La porte de derrière de la boutique s'ouvrit, et un homme portant deux cages s'avança dans le couloir. Divers Neko présents depuis un certain moment, ou en passe d'être adoptés étaient là, tandis qu'il parcourait le couloir. Soudain, il s'arrêta et ouvrit une cage. Il enferma là un Neko mâle, le mettant sans ménagement dedans. Meoxy sentait son coeur s'emballer de terreur, et sentait les poils de sa queue et de ses oreilles se hérisser. L'homme ouvrit la cage à côté de celle du Neko mâle ,et posa la jeune Neko dedans, et la regarda de près, cette Neko toute timide avec une robe blanche bouffante comme celle des poupées.

"C'est pas facile, la vie... n'est-ce pas ? Si j'avais de l'argent, je me paierais bien une domestique comme toi. On s'amuserait bien tous les deux, héhé. C'est ce que tu deviendras, avec un peu de chance ! Ou sinon...pfuuuit !"

"Nyu ? pfuuuit?"


L'homme s'éloigna avec un rire terrible, qui fit se tapir dans leur cage les plus timides et peureux Neko de l'animalerie. Mais comment Miha était arrivée là ?

Tout était la faute de Yusuke Akematsu, son ancien maître. C'était un homme terriblement cruel avec elle, la mençant de toutes sortes de représailles envers sa famille si elle n'accomplissait pas le moindre de ses souhaits. Certes, il ne la touchait jamais, mais une nuit ce fut plus fort que lui... alors que la jeune Neko dormait dans un panier très confortable, il s'approcha d'elle, et son chausson frôla la queue de Meoxy. Elle dressa les oreilles, et s'éveilla en sursaut. Elle se tourna...et le vit. Elle poussa un Miaaaaw de terreur, si aigu que l'homme plaqua les mains sur ses oreilles. Meoxy n'eut qu'une pensée à son esprit, et s'enfuit silencieusement, très rapide. Ne sachant où aller, elle se rendit dans la ville... errant en quête d'un maître plus gentil. Et soudain... l'employé de la fourrière l'attrappa par le col de sa robe, ainsi qu'un autre Neko, un mâle, avec lequel Meoxy avait échangé quelques mots. Voilà donc son parcours...

La jeune Neko voyait de temps en temps des gens entrer dans la fourrière, et elle dressait ses oreilles avec espoir. Mais ce n'étaient que des gens qui avaient "commandé" un Neko... ils passaient devant elle, avec un air de pitié pour elle. Meoxy soupira tristement et, au fond de sa cage, versa une larme, qui roula sur sa joue.


*Je suis toute seule... je ne veux pas qu'on me pique.... Nyu... je ne veux pas que ce soit lui qui entre me chercher...oh, j'ai peur !! Miaaw...*

Elle sursauta en entendant la porte s'ouvrir, et prit sa queue pour se blottir contre elle, tapie tout au fond de sa cage, ferma fort les yeux et attendit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keiji Otani

avatar

Féminin
Nombre de messages : 7
Age : 25
Âge: : 22
Race: : Humain
Date d'inscription : 28/02/2009

feuille de personnage
Nom/ prènom: : Keiji Otani
Maître/neko de: : Personne
Orientation sexuelle: Bisexuelle

MessageSujet: Re: Sortez-moi de la. pitié... éè [Kei]   Dim 1 Mar - 18:28

Bip Bip Bip Bip …

Un son aigu et répétitif réveilla Keiji en sursaut. Celui ci sortit un de ses bras de sous les draps blancs dans lesquels il se serait volontiers rendormi et le tendit pour frapper violemment l’appareil électronique. Le brun poussa un grognement las et, après quelques minutes, sortit entièrement de son lit. Il en avait marre de se lever chaque matin sans savoir quoi faire de ses journées. Les premiers mois après son déménagement, il avait toujours une idée pour occuper ses journées, mais maintenant cela faisait plusieurs années qu’il reproduisait toujours les mêmes gestes et il se sentait las.
Keiji, comme tous les matins, allumait la télévision dans le salon et partait prendre une douche quelques minutes après. Ensuite il s’habillait et retournait dans le salon pour boire un café tout en écoutant ce que racontait la présentatrice des informations sans grand intérêt. Son train-train quotidien l’agaçait. Il avait l’impression d’être vieux d’une soixante dizaine d’années et cette image le mettait plus particulièrement en rogne. Malgré tout ça, le jeune homme appliquait sa routine sans chercher à changer quoi que ce soit.
Il était midi, et c’était à cette heure là que le brun sortait de chez lui pour trainer en ville. Trainer semble être un bien grand mot et pourtant, c’est le seul qui qualifie exactement ce que fait le jeune homme. Comme tous les jours, Keiji se dirigeait vers le quartier qu’il connaissait désormais par cœur et marchait sans but. Errant dans les rues, il finit par se perdre ce qui l’étonnait. Son esprit était-il plus distrait que d’habitude. Quoi qu’il en soit, le brun se retrouvait devant une boutique à la vitrine attrayante et la curiosité de Keiji le poussa à aller voir ce que c’était. Le jeune homme franchit les quelques pas qui le séparait de la porte d’entrée et poussa cette dernière avec le plus de discrétion possible. Lui qui n’avait pas regardé l’enseigne devant la boutique fut surpris d’arriver dans une sorte d’animalerie qui n’en était pas vraiment une quand on y réfléchissait bien. Est-ce que des hybrides avec des gènes d’humains étaient vraiment considérés comme des animaux ? Quoi qu’il en soit, la tentative de discrétion du jeune homme avait échoué. Son entrée avait été annoncé, premièrement par le tintement d’une clochette (ce qui l’agaça rapidement puisqu’il avait horreur des bruits de la sorte (le bruit de son réveil inclus)) puis par l’arrivée d’un employé du magasin à côté de lui et qui le saluait un air satisfait sur son visage. Keiji lui fit, d’ailleurs, vite disparaître son sourire en lui lançant un regard glacial. Le brun ne supportait pas que l’on se jette sur lui à peine eut il franchit le seuil de la porte d’un magasin et le fit rapidement comprendre à l’homme qui partit s’occuper de quelqu’un d’autre. Kei marchait alors dans l’allée où, à sa droite et à sa gauche, étaient disposés des cages métalliques. Tout en avançant, le brun détaillait chacun des visages enfermés dans les prisons miniatures des nekos. Ayant presque vu tous les visages, le jeune homme soupira. Il projeta de rentrer chez lui mais rejeta cette idée, se disant qu’il n’avait peut être pas tout vu. C’est pourquoi il franchit les derniers pas qui le séparaient du mur contre lequel était posé la dernière cage et s’arrêta devant celle-ci . La jeune neko enfermée à l’intérieur avait quelque chose d’intéressant qu’il n’avait pas vu chez les précédents. Le brun s’accroupit alors devant la cage et se permit d’observer en détail la neko, cherchant en vain ce qu’elle avait en plus. Keiji se mordilla la lèvre inférieure (signe qu’il réfléchissait) et renonça car la solution n’était peut l’apparence physique de la jeune neko qui était pourtant très attrayante mais peut être le certain charme enfantin qu’elle dégageait. Finalement, le jeune homme entreprit de dire quelque chose histoire de voir si elle n’était pas complètement stupide, et commença par une question tout à fait anodine :

- Comment t’appelles-tu ?

Le brun n’avait pas prit la peine de se présenter, mais ce détail disparut très vite de ses pensées, trop concentré sur la façon dont la neko allait réagir et se préparant à étudier ses dires et ses faits et gestes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miha
~~¤ Modérateur à l'essaie ¤~~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 33
Age : 28
Date d'inscription : 23/01/2009

feuille de personnage
Nom/ prènom: : Miharu Ayuuri Sanaada (Miha) Ayayuri
Maître/neko de: : Personne :(
Orientation sexuelle: Hétérosexuelle

MessageSujet: Re: Sortez-moi de la. pitié... éè [Kei]   Lun 2 Mar - 9:58

Miha avait besoin de sommeil, et s'était endormie après avoir fini de pleurer. Elle sentit soudain une présence, et se réveilla, puis fixa son regard hors de sa cage. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle vit un ravissant jeune homme debout devant sa cage, en train de parler avec le vendeur ! Sa queue s'agitant doucement, la jeune Neko sentit son coeur battre la chamade. Se pourrait-il que...?

*Nyu... est-ce que cela se pourrait... que ce soit mon nouveau maître? Oh, j'espère qu'il est gentil...*

Craintive, elle regarda les deux hommes discuter. Elle avança prudemment, et sentit que ses pupilles revinrent à leur forme normale, ronde. En effet, la luminosité au fond des cages était quasi nulle, obligeant les Neko à avoir les pupilles ovales un court instant. Elle parvint au devant de sa cage, regardant l'homme. TRES timidement, elle leva ses yeux vers lui, analysant gentiment chaque détail qui pourrait le faire passer pour uune personne gentille ou méchante. Elle tourna la tête, et vit l'homme qui l'avait amenée ici. Elle avait envie de lui murmurer bien fait! En effet, le Neko qui avait été attrappé avec elle venait de se faire adopter ! Et cela allait sûrement être le tour de Meoxy maintenant! Elle répondit de sa douce voix :

-Je m'appelle Miha, nyu....

Elle regarda l'homme, qui était très beau d'apparence et à l'air tranquille. Se pourrait-il...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keiji Otani

avatar

Féminin
Nombre de messages : 7
Age : 25
Âge: : 22
Race: : Humain
Date d'inscription : 28/02/2009

feuille de personnage
Nom/ prènom: : Keiji Otani
Maître/neko de: : Personne
Orientation sexuelle: Bisexuelle

MessageSujet: Re: Sortez-moi de la. pitié... éè [Kei]   Lun 2 Mar - 15:44

Keiji, qui observait toujours la neko, ne dut pas attendre longtemps la réponse de cette dernière. La voix douce qui collait parfaitement avec l’apparence de la prisonnière finit par sortir des lèvres de celle-ci. Miha ? C’était bien ça ? Le brun apprécia le fait que le prénom de son interlocutrice soit simple à retenir. Lui qui avait très mauvaise mémoire, et en particulier quand il s’agissait de retenir les prénoms des personnes qu’il rencontrait, n’aurait pas beaucoup de difficultés pour se souvenir du prénom de la jeune neko. Jetant un dernier regard à la rousse, le jeune homme se releva. Une grimace, presque habituelle, vint déformer le visage angélique du brun le temps de quelques secondes puis disparut une fois debout. Ses jambes, accroupies jusqu’à présent, commençait à lui faire mal et il ne valait mieux pas pour lui qu’il reste dans une telle position très longtemps. Soit, il contempla une dernière fois la prisonnière qui s’était approché des barreaux de sa cage. Ainsi, le jeune homme pouvait contempler à loisir les traits de son visage et la pureté de sa peau de porcelaine. Il la trouvait très jolie, mais c’était un peu logique aussi. Si les scientifiques qui avaient créé les nekos n’avaient pas conçu des êtres attirants et attachants, aucun ne se serait vendu. En tout cas, ils n’auraient pas eu les mêmes fonctions que ceux que l’on trouve dans les plupart des habitations de nos jours. D’après l’enseigne affichée sur l’un des murs de la boutique, les nekos étaient des sortes d’animaux de compagnie intelligents. Le brun se remémora alors les quelques paroles de la jeune neko, son japonais était très clair et son accent agréable mais quelque chose embêtait quelque peu l’anglais. Même si certaines personnes pourraient trouver cela amusant ou bien encore attachant, c’était le « nyu » prononcé à la fin de la phrase et qui donnait un air enfantin de plus à la rousse qui déplaisait au brun. Pourtant celui-ci n’en dit pas mot. Peut être ce tic de langage se corrigerait avec le temps.
Le débat silencieux du jeune homme dura quelques minutes durant lesquelles il ne bougea presque pas, à part peut être pour respirer. Puis, comme s’il revenait sur Terre après un voyage dans les nuages qui semblait avoir stoppé le temps, l’humain se rendit compte qu’il était au beau milieu d’une boutique et attendait sans rien dire. L’anglais secoua alors doucement la tête, ce qui fit doucement balancer quelques mèches brunes, avant de tourner les talons vers la porte d’entrée. Ce qui l’amusait plus ou moins, c’était de voir les regards dessus ou même mauvais des nekos dans leurs cages, qui lui en voulait presque d’être repartit sans en avoir « libéré» un seul de leur prison métallique. Malgré le fait que le jeune homme s’était dirigé vers la porte, il ne sortit pas et dévia de sa trajectoire pour venir s’accouder devant une sorte de comptoir où attendait sagement l’un des vendeurs. D’un japonais parfaitement clair mais possédant tout de mêmes, malgré tous les efforts que le brun pouvait faire, un accent anglais à couper au couteau, celui-ci s’adressa de sa voix calme et grave au vendeur. En profitant pour se renseigner quelques peu sur la neko qu’il projetait d’acheter, Keiji finit tout de même par payer le prix demandé et faire demi-tour en direction de l’allée qu’il avait traversé quelques temps auparavant. Une clé en main, qu’il s’amusait a faire tourner autours de son index, le brun s’agenouilla devant la cage de la prénommée Miha et fit tourner la clé dans le cadenas de fer qui vint s’écraser sur le sol dans un bruit sourd. Finalement, Keiji se releva pour tirer la porte qui séparait la neko de l’intérieur même de la boutique, ce qui émit un grincement plus que désagréable pour l’humain qui s’empressa de faire cesser le bruit.

-Tu viens Miha ?

Lui qui n’avait prononcé qu’une seule phrase depuis qu’il était entré dans l’animalerie, prit la main de la rousse pour l’aider à se relever. Lui laissant à peine le temps de se réhabituer à être debout, le brun, impatient, la tira doucement mais fermement par le bras et fit les quelques pas qui le séparait de la sortie. Sans dire au revoir à qui que ce soit, l’anglais poussa la porte et se retrouva dans la même rue qu’il ne connaissait pas. Inspirant une grande bouffée d’air frais, il remarqua à peine que la pluie tombait lentement, goute après goute, sur le trottoir et sur leur peau. Lui qui n’aimait pas vraiment la pluie grimaça une fois de plus quand une goutte vint s’écraser sur le bout de son nez. Comme il n’avait pas l’habitude d’être grossier, le brun se contenta de pousser un soupir, se rappelant, maintenant qu’il commençait à être mouillé, ô combien il détestait la pluie. Peut être parce qu’elle lui rappelait l’Angleterre ou bien comme la plupart des gens, parce que la pluie était froide et désagréable et que le ciel gris mettait de mauvaise humeur. Allez savoir …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miha
~~¤ Modérateur à l'essaie ¤~~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 33
Age : 28
Date d'inscription : 23/01/2009

feuille de personnage
Nom/ prènom: : Miharu Ayuuri Sanaada (Miha) Ayayuri
Maître/neko de: : Personne :(
Orientation sexuelle: Hétérosexuelle

MessageSujet: Re: Sortez-moi de la. pitié... éè [Kei]   Lun 2 Mar - 18:04

La jeune Neko crut bel et bien son heure arrivée lorsque le jeune homme se releva, et se dirigea vers la porte d'entrée. Il allait sortir, et cela allait en être bel et bien fini de la belle petite rousse! Cela ne pouvait être... c'est avec un profond sentiment de soulagement mais aussi de curiosité qu'elle vit l'homme se diriger vers les comptoirs où se tenaient les transactions client(s)-vendeur(s). Elle les vit causer, et vit alors avec joie que le jeune brun, avec d'ailleurs un accent très mignon d'un autre continent, revenait vers sa cage. L'instant d'après elle
était libre, étant donné que le cadenas avait été séparé de la porte
que son nouveau maître Miha en fut très étonnée.
avait grand ouverte. Soudain, un vrillement suraigu trilla les tympans des belles oreilles de la Neko, qui eut un frisson d'horreur qui la parcourut soudain. Elle vit seulement après quelques secondes, qu'elle fut soulagée, elle ainsi que les autres créatures, du bruit grâce au jeune homme, dont Miha ne savait toujours pas le nom. Et d'ailleurs... était-il gentil? Qui donc était-ce? non, Miha n'en avait franchement aucune idée. Elle n'eut même pas le temps de se reconnaître qu'elle fut vivement tirée ou prise par la main par le maître. Elle faillit trébucher car elle avait la majeure partie de son temps roulée en boule ou encore assise. Ils arrivèrent dehors, mais cependant quelque chose étonna Miha lorsqu'il se mit à pleuvoir. Pourquoi donc le maître grimaçait-il? Miha croyait que les humains sans gènes de chats aimaient la pluie... Elle regarda tout autour d'eux, observant cette ville qu'elle n'avait que trop peu vue, hors de tout ce qui était possible comme ce que les gens appelaient liberté. Elle tenait la main du maître, confiante, regardant bien par où ils passaient, regardant surtout les emplacement des magasins pour ne pas perdre de temps lorsqu'il l'enverrait faire des courses. Ses yeux bleus brillèrent de curiosité monstre, et cependant elle se tenait bien sagement, jouant de sa main restée libre dans ses rubans, tiraillant celui qui fermait le décolleté. Il avait un pompon, et était très attrayant. Soudainement, la pluie devint plus persistante, et Miha ne put retenir un petit sifflement mécontent, signe qu'elle détestait la pluie. Oui, comme la plupart des chats, elle était réfractaire à tout ce qui avait trait à l'eau, particulièrement les choses comme aller à la piscine. De toute manière, Miha avait très honte de son corps, qu'elle avait pourtant adorable avec toutes les formes qu'il fallait réparties harmonieusement, et aussi le très doux regard, encadré de sa cascade orange. Et pourtant... elle se surnommait la grosse baleine... la pauvre. Elle regarda son maître, et se demanda surtout comment allait se passer leur cohabitation. Et surtout, last but not least, elle avait hâte de voir sa maison, pouvoir trotter dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sortez-moi de la. pitié... éè [Kei]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sortez-moi de la. pitié... éè [Kei]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ordre 66 : Massacre sans pitié des prix !
» Vous sortez ?
» Pitié, ne tirez pas sur le pianiste
» Le chagrin et la pitié
» [Stefan Zweig] La Pitié dangereuse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le monde des nekos et des maîtres...  :: Le centre de la ville :: L`animalerie-
Sauter vers: